Pierre Bleuse freelance au service des orchestres.

23/10/17

Dans le cadre d'une série d'articles sur la Performance et le Bien-être, Powo a le plaisir de partager l'experience de Pierre Bleuse.

Vous faites partie des chefs d’orchestres les plus en vue de votre génération racontez nous votre parcours

J’ai d’abord été violoniste soliste freelance pendant des années puis j’ai fait partie d'un quatuor avec lequel j’ai tourné un peu partout dans le monde. Par la suite j’ai intégré un orchestre en CDI et maintenant je suis à nouveau solo, indépendant pour réaliser mon rêve d’enfant, devenir chef d’orchestre. Aujourd’hui je suis freelance, maitre de mon organisation et de mes projets. Je m’appuis sur une agence qui s’occupe de me trouver les concerts et les orchestres avec qui je travaille. Bref c’est complètement différent de ma vie d’avant mais tellement plus passionnant.

Justement dans cette nouvelle vie et vos nouveaux projets performance et bien être sont elles des valeurs nécessaires pour réussir?

C’est un sujet très important et un équilibre essentiel à trouver. Dans la direction d’orchestre il y a beaucoup de voyages, de décalages horaires et peu de temps pour préparer les concerts. Le métier de chef d’orchestre est un métier très physique, des journées très longues entre la mise en place, le concert et les dîners avec les sponsors. Cela demande d’avoir une hygiène de vie très rigoureuse, et sur la durée si l’équilibre n’est pas trouvé cela peut nuire à notre performance.

Mais ce qui est formidable avec mon statut c’est que je peux justement organiser mes journées comme je veux et donc prendre du temps pour moi.

De quelle façon prenez vous du temps pour vous?

Entre les tournées, quand je suis chez moi je me lève à 4 Heures du matin pour travailler mes partitions pour être sûr de ne pas être dérangé et je fais du sport pour être résistant et le plus performant possible.

Vous arrive t-il de sensibiliser vos musiciens à ces questions de bien être?

Pour l’instant je travaille avec beaucoup d’orchestres différents, nos échanges sont rapides  et uniquement axés sur la musique. Mais à travers notre école européenne des métiers de l’orchestre Musika Orchestra Academy nous sensibilisons ces futurs musiciens à l’importance des sujets tels que le bien être et l’écoute du corps. Le métier de musicien est très exigeant, tenir un instrument 8 heures par jour assis n’est pas anodin pour le corps.

Pour vous Pierre Bleuse, quels sont les leviers de performance pour un musicien, que dites vous à ces jeunes musiciens?

Un musicien sera performant lorsqu’il trouvera un équilibre entre le travail physique avec son instrument, et le travail mental pour progresser et économiser son corps.

On peut briser une carrière avec une tendinite. Ne pas écouter son corps quand il dit stop et continuer à travailler 10 heures par jour peut être dramatique.

Il est essentiel de travailler sur les postures, avoir conscience de son corps, apprendre à écouter ses sensations pour trouver un bon équilibre

A l’image de POWO et de ses Solo-Entrepreneurs, quel serait le parallèle le plus adéquat dans votre métier?

Mis à part les solistes, les musiciens contractualisent avec un orchestre. Le parallèle que je peux faire avec vos solo-entrepreneurs, c’est que je suis le Freelance au service des orchestres et avant tout de la musique.

On ressent beaucoup de passion à travers votre discours, comment cultivez vous votre bien être afin de continuer à vivre de votre passion.

C’est une question à laquelle je tente de répondre chaque jour.

Le métier de chef d’orchestre comme beaucoup de métier de la scène, procure des émotions et des sensations très fortes. En l'occurrence être chef d’orchestre c’est entrer en contact avec 100 musiciens, parfois d’une façon très intense, et quand la tournée est finie la descente peut être violente. Parfois il est difficile de retrouver un équilibre dans son quotidien. Il faut mettre en place d’autres moyens qui permettent de rester à la surface, en l'occurrence j’ai une famille aimante et ça m’aide beaucoup. Il n’existe pas de remède miracle, je pense que l’on doit tous trouver ses propres leviers pour se préserver.